La Panacée, centre de culture contemporaine

La Panacée, centre de culture contemporaine de Montpellier, a ouvert le 22 Juin 2013.
Au cœur de son projet : les arts visuels, numériques et les nouvelles écritures.

La Panacée, Centre de Culture Contemporaine

Horaires d'ouverture

Expositions
Du mercredi au samedi : 12h - 20h
Dimanche : 10h - 18h

Centre de ressources
Jeudi et vendredi : 14h - 18h
Samedi : 14h - 20h
Dimanche : 14h - 18h

Visites guidées mercredi et samedi à 15h / Entrée libre et gratuite pour tous les publics / Accessibilité aux personnes handicapées

Coordonnées

14, rue de l’École de Pharmacie
34000 Montpellier
T +33 (0)4 34 88 79 79
info@lapanacee.org
http://www.lapanacee.org
Direction de la Culture et du Patrimoine — Ville de Montpellier

La Panacée, Centre de Culture Contemporaine de la Ville de Montpellier a ouvert ses portes le 22 juin 2013, en plein coeur de la cité. À la fois lieu de production, d’expérimentation et d’exposition, elle accompagne et fait connaître les artistes contemporains dans la diversité de leurs pratiques.

 

Installée dans l’ancien collège royal de médecine rénové par la Ville, La Panacée est un lieu de rencontres, d’échanges et de métissages entre différentes disciplines artistiques. Véritable plateforme créatrice et expérimentale, elle propose à tous les publics, d’expérimenter une relation renouvelée à l’art. Entre spectateur et acteur, chacun peut interroger représentations et pratiques comme l’invite à le faire la création artistique contemporaine.

 

Une place inédite est laissée aux étudiants : La Panacée est le seul équipement culturel en France à accueillir une résidence universitaire dans le cadre d’un partenariat entre la Ville et le Crous de Montpellier. Ce centre d’art dispose d’une large diversité d’espaces comme un restaurant "Le Café", un patio, un auditorium, ouverts afin de favoriser des échanges entre les artistes, les étudiants hébergés à la résidence universitaire, les Montpelliérains et tous les publics.

Site Internet - La Panacée

Lien vers Site Internet - La Panacée

http://lapanacee.org

 

John Bock - Wim Delvoye - Pré-capital


Voir l'image en grand20 mai - 27 août 2017

 

John Bock
John Bock, né en 1965 à Gribbohm, est sans aucun doute l’un des plus grands artistes allemands de sa génération.
Vivant et travaillant à Berlin, il est à la fois sculpteur, dessinateur, artiste de performance, cinéaste et auteur. Son exposition proposée à La Panacée, qui comprendra deux oeuvres inédites réalisées pour l’occasion, sera la première présentée dans un centre d’art en France.
Inspiré par l’Arte Povera italien comme par le mouvement Fluxus, John Bock se situe dans le sillage des artistesbricoleurs des années 1960. À l’aide d’éléments domestiques, banals, John Bock élabore des sculptures, des films, avec un humour absurde, une inventivité sans limites, qui savent donner à la vie quotidienne une dimension épique. Ses installations et expositions combinent plusieurs formes d’expression en une oeuvre d’art et sont en perpétuel mouvement.
Généralement, le point de départ de l’art de John Bock est son travail concret avec des matériaux, des corps et des objets, avec des gens ou des plateaux de tournage. Ses expositions et ses films ont généralement quelque chose de claustrophobe. Pour l’artiste, le plan textuel est également primordial. Il vient en tant que supplément à sa sculpture, ses installations, ses dessins et ses films. Il croit que c’est ainsi que fonctionne le monde. « D’abord, vous comprenez par les images, puis par les concepts ».
En 2017, plusieurs expositions ont été consacrées à John Bock : à la Berlunische Galerie Berlin, à Sadie Colle Gallery à Londres. Après son exposition à la Panacée, il présentera une nouvelle exposition à The Contemporary Austin au Texas aux États-Unis, pour début 2018.
Dans le cadre de sa première exposition au sein d’un centre d’art en France, à la Panacée, John Bock propose deux nouvelles installations, conçues spécifiquement pour l’occasion.

 Wim Delvoye
Depuis les années 1980, Wim Delvoye s’attache à déplacer les frontières qui séparent traditionnellement la culture populaire et l’art, l’ancien et le contemporain, le noble et l’impur. Né en 1965 à Wervik en Belgique, et vivant et travaillant à Gand, l’artiste expose dans le monde entier.
Pour la première fois, l’exposition présentée à La Panacée réunira l’ensemble des dessins préparatoires, études techniques et dessins de logos réalisés de 2000 à 2010 par l’artiste belge, pour son oeuvre emblématique « Cloaca », dont il existe aujourd’hui dix versions.
Développée pendant plusieurs années avec les scientifiques et experts de différents domaines comme la gastroentérologie, la bactériologie, l’informatique et la plomberie, « Cloaca » est une machine qui reproduit le système digestif. Entre les deux extrémités de la machine, un ordinateur gère le processus complexe de digestion avec tous les produits chimiques et enzymes nécessaires. Alimentée, cette machine-oeuvre produit des matières fécales qui sont ensuite vendues.
Critique de la société de consommation, Wim Delvoye a introduit cette machine absurde et sophistiquée en bourse et créé son site propre : www.cloaca.be.
Récemment, Wim Delvoye a fait l’objet de plusieurs monographies au Terhan Museum of Contemporary Art en Iran, au MUDAM au Luxembourg ou encore au DHC/ART, à Montréal. Il prépare également deux expositions personnelles pour la Galerie Perrotin, New York et le Musée Tinguely Bâle, en Suisse.

 Pré-capital
Avec Caroline Achaintre, Elise Carron, Mimosa Echard, Aurélie Ferruel & Florentine Guedon, Yann Gerstberger, Matteo Nasini, Samara Scott, Markus Selg, Santo Tolone, Natsuko Uchino, We Are The Painters...
Curators : Charlotte Cosson & Emmanuelle Luciani avec Nicolas Bourriaud.
Quand l’art explore les futurs de l’humanité, il s’inspire parfois du passé le plus lointain : les artistes présentés dans Pré-capital explorent des modes de fabrication d’avant l’industrie et court-circuitent le monde numérique au profit d’un art de la décroissance. Artisans néo-ruraux, chasseurs-cueilleurs d’objets, folkloristes imaginaires, ils/ elles réinvestissent des pratiques alternatives, des techniques populaires ou des savoirs locaux.

Retour sur Mulholland Drive - Tala Madani - Intérims

 

Voir l'image en grand

28 janvier - 23 avril 2017

 

Retour sur Mulholland Drive
À l’inverse d’une tentative de reproduction, ou une exposition illustrative, Retour sur Mulholland Drive constitue une rêverie librement inspirée de l’oeuvre cinématographique de David Lynch : une traduction dans un espace d’exposition sous la forme d’un essai visuel, à l’heure où le cinéaste revient derrière la caméra pour tourner la suite de la série Twin Peaks.
L’exposition aborde ainsi le film-culte du réalisateur américain, Mullholand Drive (2001) comme matière première et réservoir de motifs, afin de révéler une tendance émergente de l’art contemporain : le “minimalisme fantastique”.
Retour sur Mulholland Drive forme un parcours constitué d’oeuvres qui explorent ce potentiel énigmatique des formes les plus apparemment lisses ou dérisoires.
Pour la génération d’artistes apparue dans les années 2000, les films de David Lynch font figure de classiques. Qu’ils reconnaissent l’influence esthétique du cinéaste ou pas, force est de constater que certains traits de l’univers lynchien sont devenus des lieux communs visuels, de l’image stroboscopique jusqu’à son usage très spécifique de la lumière. Cette exposition présente, pour l’essentiel, une génération d’artistes qui joue avec les codes de la culture populaire, mais sans recourir à des effets de surcharge, ni à l’agrandissement caractéristique du Pop-art.
Retour sur Mulholland Drive est aussi une exposition cinématographique par nature car elle s’organise en séquences inspirées par le film, et se divise en deux parties autour d’une coupure abrupte. A l’instar du cinéaste, une grande partie des artistes qui composent cette exposition vit à Los Angeles, créant ainsi un pont symbolique entre la scène californienne et la métropole montpelliéraine.

Tala Madani
Il s’agit de la première exposition personnelle en France de l’artiste iranienne née en 1981, Tala Madani, dont les peintures et les films d’animation explorent, avec un humour ravageur et un style unique, les rapports de pouvoir : un théâtre de la cruauté teinté de Moyen-Orient, qui met en scène la masculinité d’une manière burlesque, tout en explorant l’espace pictural contemporain.

Intérims
L’exposition Intérims met en avant les artistes qui prennent le monde du travail comme matériau. Cette miniexposition rassemble des artistes qui utilisent les armes de l’humour et de l’ironie pour décrire le salariat, voire intervenir directement à l’intérieur de l’entreprise.

Expositions précédentes

Partager sur :
LinkedIn Viadeo Twitter Facebook Email

Actualités

Voir toutes les actualités

webcam montpellier

webtv montpellier

CARTES MONTPELLIER

plateforme E-services

montpellier au qotidien - signaler un désagrément

Mairie de Montpellier

1, place Georges Frêche
34267 MONTPELLIER cedex 2

Tramway 1 et 3 arrêt Moularès Hôtel de ville
Tramway 4 arrêt Georges Frêche - Hôtel de Ville
Coord. GPS : 43°35'52"N, 3°52'39"E

04 67 34 70 00

Horaires d'ouverture de l'Hôtel de Ville :
Les lundi, mardi, mercredi, vendredi de 8h30 à 17h30
Le jeudi de 10h à 19h

Horaires spécifiques des services accueillant du public