La Panacée, centre de culture contemporaine

La Panacée, centre de culture contemporaine de Montpellier, a ouvert le 22 Juin 2013.
Au cœur de son projet : les arts visuels, numériques et les nouvelles écritures.

La Panacée, Centre de Culture Contemporaine

Horaires d'ouverture

Expositions
Du mercredi au samedi : 12h - 20h
Dimanche : 10h - 18h

Centre de ressources
Jeudi et vendredi : 14h - 18h
Samedi : 14h - 20h
Dimanche : 14h - 18h

Visites guidées mercredi et samedi à 15h / Entrée libre et gratuite pour tous les publics / Accessibilité aux personnes handicapées

Coordonnées

14, rue de l’École de Pharmacie
34000 Montpellier
T +33 (0)4 34 88 79 79
info@lapanacee.org
http://www.lapanacee.org
Direction de la Culture et du Patrimoine — Ville de Montpellier

La Panacée, Centre de Culture Contemporaine de la Ville de Montpellier a ouvert ses portes le 22 juin 2013, en plein coeur de la cité. À la fois lieu de production, d’expérimentation et d’exposition, elle accompagne et fait connaître les artistes contemporains dans la diversité de leurs pratiques.

 

Installée dans l’ancien collège royal de médecine rénové par la Ville, La Panacée est un lieu de rencontres, d’échanges et de métissages entre différentes disciplines artistiques. Véritable plateforme créatrice et expérimentale, elle propose à tous les publics, d’expérimenter une relation renouvelée à l’art. Entre spectateur et acteur, chacun peut interroger représentations et pratiques comme l’invite à le faire la création artistique contemporaine.

 

Une place inédite est laissée aux étudiants : La Panacée est le seul équipement culturel en France à accueillir une résidence universitaire dans le cadre d’un partenariat entre la Ville et le Crous de Montpellier. Ce centre d’art dispose d’une large diversité d’espaces comme un restaurant "Le Café", un patio, un auditorium, ouverts afin de favoriser des échanges entre les artistes, les étudiants hébergés à la résidence universitaire, les Montpelliérains et tous les publics.

Site Internet - La Panacée

Lien vers Site Internet - La Panacée

http://lapanacee.org

 

Terminal P

 

Voir l'image en grand

18 juin - 28 août 2016

 

Vernissage le vendredi 17 juin 2016 à 18h30

 

Architectures emblématiques de la modernité au XXe siècle, vestibules d’un monde aérien qui se concevait il n’y a pas si longtemps encore comme un spectacle, entrées prestigieuses des villes, les aéroports se présentent aujourd’hui aux voyageurs comme des infrastructures de transit, articulés sur des logiques de flux, mais imperceptibles à force de se ressembler.

Les aéroports s’offrent moins désormais comme des ponts tendus entre la terre et le ciel, comme le décor des micro-drames du départ et de l’arrivée, mais plutôt comme l’environnement routinier, ingrat, et contrôlé de logiques de circulation sans cesse plus développées avec la globalisation de nos économies et de nos sociétés.

Par les logiques superposées de la surveillance et de la mobilité, de la consommation et du départ, du local et du global, l’aéroport suscite pour le voyageur des expériences à la fois informulées et inédites. Il se constitue également en laboratoire furtif de nos vies contemporaines dont les protocoles s’étendent à d’autres lieux, comme les grands magasins ou les musées. Il est à la fois familier et opaque, hyper-surveillé et vulnérable. 

Lieux ou non-lieux aux ramifications incertaines - les aéroports sont très difficilement saisissables comme un tout pour le voyageur, - l’exposition Terminal P interroge d’abord les aéroports comme construction culturelle, comme infrastructure ordinaire de la globalisation où se juxtaposent dans un milieu régulé par un ensemble de technologies tourisme et surveillance, migration et commerce, terrorisme et art… Les catégories abstraites de la globalisation ici s’enchevêtrent et se concrétisent dans une  architecture, des espaces, des écrans, des flux qui semblent appeler à notre propre transformation dans sa virtualité.

Si l’aéroport est ce vortex vers lequel se précipite et converge tout un ensemble de fonctions, de représentations et de tensions de nos sociétés globalisées, il se présente pourtant comme un agencement lisse et neutralisé aux significations retenues, en suspens, ou même évaporées. Noyau opaque de la globalisation dont il constitue un decorum privilégié, tarmac du village global, l’aéroport est notre destination. C’est avec Terminal P  l’hypothèse et la règle du jeu !

 

Artistes : Cécile Babiole, Richard Baker, Jasmina Cibic, Eli Commins, Stéphane Degoutin et Gwenola Wagon, Cédrick Eymenier, Zeno Franchini et Francesca Gattello, Matthias Gommel, LAb[au], An Te Liu, Audrey Martin, Jonathan Monk, Marnix de Nijs, Adrian Paci, Joseph Popper, Raqs media collective, Kerwin Rolland, Martha Rosler, Thibaut de Ruyter avec Esther Mysius et Camille Rouaud, Taryn Simon, David Thomas Smith.

 

Commissariat : Franck Bauchard


Centro di permanenza temporanea, copyright Adrian Paci Centro di permanenza temporanea, 2007 © Adrian Paci


La Fabrique du sensible

La Fabrique du sensible regroupe les actions de médiation et de pédagogie, en offrant à chacun la possibilité d’explorer, d’expérimenter, de fabriquer, pour tisser son propre lien avec les œuvres exposées à La Panacée.

Pour Terminal P, le service des publics propose un programme de rendez-vous pour petits et grands : les Visites « Point de vue » avec des intervenants invités, la visite à partager en famille, les workshops pour les adultes, les ateliers pour le jeune public et les stages des vacances avec des artistes, Les Arty Party..

Renseignements : mediation@lapanacee.org ou 04 34 88 79 79 et sur www.lapanacee.org

 

Dossier de Presse - Terminal P

Festival Boutographies 2016


Voir l'image en grandRencontres photographiques de Montpellier

 

30 avril - 22 mai 2016

 

La photographie occupe une place particulière et mouvante dans le champ artistique, dans la mesure où elle circule entre oeuvre et document, témoignage social et expression intime, entre récit structuré du monde et évocation sensible. C’est d’ailleurs cette absence de prédestination qui en a fait très tôt un outil d’expérimentation fécond pour des artistes de toutes provenances. Le visiteur des Boutographies pourra parcourir l’ensemble de ces univers de représentation, faire un tour d’horizon significatif de la création photographique contemporaine. Tout ce qui est montré ici est porté par de jeunes, parfois très jeunes auteurs, dont le rapport à leur propre époque est impressionnant de sensibilité et de maturité en même temps. Les images photographiques sont associées au son, à l’image en mouvement, au texte et à la littérature, dans des scénographies souvent complexes et toujours argumentées. Les démarches elles-mêmes sont multiples : venues du documentaire, de la sociologie, des arts visuels, du cinéma ou du théâtre, mobilisant les réseaux sociaux et les thèmes scientifiques, elles montrent que ces jeunes auteurs s’inscrivent pleinement dans les questionnements artistiques et sociétaux d’aujourd’hui. Des travaux consacrés à l’Ukraine, à la Tunisie et aux territoires occupés de Palestine sont là pour apporter des regards très personnels sur des situations dont les devenirs nous concernent en premier lieu.

Après la Suisse en 2015, le monde germanophone est très présent en 2016, avec pas moins de quatre auteurs allemands et deux auteurs autrichiens. La présence autrichienne est notamment le fruit d’une collaboration avec nos amis de Fotohof, très actifs galeristes et éditeurs à Salzbourg, que nous accueillons à Montpellier avec grand plaisir. Le travail exceptionnel sur « Les machines qui sauvent » de Reiner Reidler, l’un des deux photographes autrichiens présents cette année, sera exposé à la faculté de médecine dans le cadre des liens que nous tissons avec les universités de la ville. Sur le plan des collaborations avec des acteurs culturels européens, signalons encore la présence de l’excellente Ostkreuz Schule für Fotografie berlinoise, école dont nous présentons des travaux depuis plusieurs éditions, et qui propose cette année une sélection de ses étudiants en projection. Le partenariat avec FotoLeggendo (Rome) se poursuit et se consolide, alors qu’un projet commun se met en place pour la première fois avec les festivals d’Odessa (Ukraine) et de Batumi (Georgie), déjà appariés entre eux, et dont les représentants sont venus nous rencontrer cet automne. Ce partenariat se traduit dès cette année par des échanges d’expositions entre nos trois manifestations, en avril et octobre.

Autour de la manifestation centrale se déroulent comme à l’accoutumée nombre d’évènements. Expositions Hors les murs dans une douzaine de galeries associées, lectures de port-folios avec les représentants d’une dizaine de festivals européens, projections, remises de prix, ateliers pour les scolaires et médiations par les équipes de La Panacée complètent le programme et font des Boutographies un temps fort pour les photographes et pour le public montpelliérain dans toute sa diversité.


Pour l’équipe des Boutographies,
Christian Maccotta, directeur artistique


Télécharger le programme du Festival Les Boutographies

Site Internet - BOUTOGRAPHIES 2016

Dossier de Presse - BOUTOGRAPHIES 2016

Festival Tropisme 2016 - "Festival Augmenté"

 

Voir l'image en grand

Enlarge your Tropisme !


22 mars - 8 avril 2016


Pas un jour sans que les médias et les réseaux sociaux ne relatent les affres d’un monde pétri d’inquiétudes. Et ça fait un peu peur quand même… Notre modeste façon de faire face, c’est d’organiser un festival, non pas pour diluer les problèmes dans quelques bulles de champagne, mais pour créer des situations de vie collective dans lesquelles on s’amuse, on réfléchit ou on ne pense à rien.


En 2015, cela a plutôt bien marché, on a perçu beaucoup de bonheur dans les yeux des 25 000 personnes qui sont venues.


En 2016, le festival se pose à nouveau à La Panacée, avec l’envie de continuer à concilier cultures populaires et numériques à travers des installations ludiques, des expérimentations culinaires, des ateliers d’éveil aux technologies, des conférences décalées, des concerts en image, des projections en musique et des grandes fêtes. Tropisme invite le collectif Scale à poser un autre regard sur la relation entre le son et les arts visuels, et à emmener le public vers des lectures multisensorielles de la musique. C’est cette même idée de sens augmentés qui a germé dans la tête des créateurs de Je suis SUPER, projet transmédia qui narre sous forme de dessin animé, peintures, jeu d’arcade, appli et groupe de musique, la vie d’un super héros appelé SUPER.


Ajoutez à cela une programmation pour les enfants, une salle de réalité virtuelle pour voir le monde à 360°, quelques huîtres, et vous aurez une idée de la façon dont Tropisme va s’emparer pendant près de trois semaines de Montpellier.


Vincent CAVAROC
Directeur artistique du Festival Tropisme


Télécharger le programme du Festival Tropisme

Site Internet - TROPISME 2016

Dossier de Presse - TROPISME 2016

Anatomie de l'automate

 

Voir l'image en grand

21 novembre 2015 - 28 février 2016


Exposition coproduite par La Panacée Montpellier & le Mamco Genève. En partenariat avec la Direction de la culture scientifique et du patrimoine historique de l'Université de Montpellier, le Laboratoire d'Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier (LIRMM), le Conservatoire d'anatomie de la Faculté de médecine et la Bibliothèque interuniversitaire.


Prenant place à La Panacée, dans les murs de ce qui fut l’une des plus prestigieuses universités de médecine, l’exposition Anatomie de l’automate prend pour point de départ l’analogie du corps humain et de la machine pour explorer les imaginaires de la vie artificielle. Dès l’Antiquité, l’automate, qu’il soit magique, idiot, surpuissant ou rebelle, a alimenté quantité de récits pour se diffracter dans la philosophie, la sorcellerie, la psychologie, la science et la politique. Entre fascination et terreur, cette figure ambivalente met en relief la part machinique de l’homme tout autant qu’elle révèle l’humanité paradoxale des objets techniques.


Une quarantaine d’oeuvres d’art contemporain sont ainsi mises en regard de documents et objets des collections de l’Université de Montpellier. Corps fragmentés, prothèses cyborgs, machines anthropomorphes ou homoncules de synthèse, au-delà de leur inquiétante étrangeté, proposent un regard singulier sur les rapports que nous entretenons avec la technologie.

Commissariat : Mamco [Musée d’art moderne et contemporain] Genève


La Fabrique du sensible Voir l'image en grand A.Molinero / Photo André Morin

La Fabrique du sensible regroupe les actions de médiation et de pédagogie, en offrant à chacun la possibilité de faire, de créer, de fabriquer, pour tisser son propre lien avec les oeuvres exposées à La Panacée.
Pour Anatomie de l’automate, le service médiation proposera des dispositifs créatifs, expérimentaux, en lien à l’exposition et ouverts aux publics en continu: les Panapop (ateliers enfants), Workshops, Petits Pan, Arty Party, Keep Cool Brunchs, les visites et les Visites point de vue… avec des artistes et intervenants invités.
Une oeuvre de Patrick Tresset sera notamment présentée dans l’une des salles d’exposition dans ce cadre.

Renseignements : mediation@lapanacee.org et sur www.lapanacee.org

Des événements (performances, projections et conférences) seront programmés pendant toute la durée de l’exposition. Plus d’informations sur www.lapanacee.org/agenda

 

Dossier de Presse - Anatomie de l'automate

Expositions précédentes

Partager sur :
LinkedIn Viadeo Twitter Facebook Email

Actualités

Voir toutes les actualités

webcam montpellier

webtv montpellier

CARTES MONTPELLIER

montpellier au qotidien - signaler un désagrément

Mairie de Montpellier

1, place Georges Frêche
34267 MONTPELLIER cedex 2

Tramway 1 et 3 arrêt Moularès Hôtel de ville
Tramway 4 arrêt Georges Frêche - Hôtel de Ville
Coord. GPS : 43°35'52"N, 3°52'39"E

04 67 34 70 00

Horaires d'ouverture de l'Hôtel de Ville :
Les lundi, mardi, mercredi, vendredi de 8h30 à 17h30
Le jeudi de 10h à 19h