2020 à la Panacée

En 2020, l'exposition "Permafrost - Les formes du désastre" s'est présentée comme un paysage changeant, transformant le centre d'art en une expérience immersive, confrontant le visiteur à la vulnérabilité d'un monde en mutation. Et en fin d'année 2020 et début 2021, l’exposition Possédé·e·s a rassemblé plus de 25 artistes internationaux et exploré le rapport entre l’ésotérisme et l’art contemporain.

Possédé·e·s

Du 26 septembre 2020 au 03 janvier 2021

Déviance, performance, résistance.

MO.CO Possédé.e.s Affiche

 L’exposition Possédé·e·s rassemble plus de 25 artistes internationaux. Elle explore le rapport entre l’ésotérisme et l’art contemporain. En particulier, comment les corps exclus (les corps genrés, racisés, politisés) se réapproprient les identités féministes, queer ou décoloniales dans la nuit de l’occulte.

Nécromancie et spiritisme, divination (astrologie, cartomancie, chiromancie), magie et alchimie (sortilèges, potions, élixirs) : autant de gestes et de rituels dont la force émane d’un corps en mouvement. L’occulte n’a de sens que performé. L’occulte s’érige aussi comme résistance contre les dogmes, le patriarcat, les pouvoirs dominants, les religions et les savoirs admis. Il est l’autre, le caché, mais il est ce qui révèle. Cette chaîne (déviance-performance-résistance) est au cœur de l’exposition.

Exposition pluridisciplinaire, Possédé·e·s rassemble sculptures, dessins, vidéos, peintures et installations. Elle est activée par des performances au sein d’une scénographie architecturale de Mr. & Mr. et d’une scénographie lumière de Serge Damon dans lesquelles le visiteur devient l’acteur principal d’une expérience quasi cinématographique.

L’exposition est une nouvelle occasion pour le MO.CO. d’affirmer son soutien aux artistes en produisant une grande partie des œuvres pour l’exposition, en particulier celles des artistes de Montpellier Nicolas Aguirre, Jimmy Richer et Chloé Viton, ou d’artistes nationaux et internationaux dont Nils Alix-Tabeling, Raphaël Barontini, Jean-Baptiste Janisset, Lewis Hammond, Paul Maheke ou Apolonia Sokol.

Un programme de performances, de conférences et de projections vient compléter l’exposition. Possédé·e·s entre en résonance avec l’histoire de Montpellier, ville reconnue pour ses traditions et son histoire liées à la Faculté de Médecine qui fête en 2020 ses 800 ans. Un symposium explore les relations de la médecine et de l’occulte.

Un catalogue bilingue, richement illustré, regroupe des textes contextuels et critiques inédits commandés pour l’occasion. Un essai transhistorique de Marianne Derrien sur la magie étend les thèmes introduits par l’exposition, tandis qu’une pluralité de voix critiques analysent le travail de chaque artiste, à travers les textes de Camille Bardin, Margaux Bonopera, Caroline Chabrand, Giulia Civardi, Thomas Conchou, Julie Crenn, Chris Cyrille, Cédric Fauq, Anya Harrison, Caroline Honorien, Eliel Jones, Ingrid Luquet-Gad, Flora Katz, Franklin Melendez, Pedro Morais, Laureen Picaut, Taddeo Reinhardt et Barbara Sirieix.

Exposition "Permafrost. Les formes du désastre"

Du 1er février 2020 au 30 août 2020

L'exposition Permafrost se présente comme un paysage changeant, transformant le centre d'art en une expérience immersive. Les artistes y proposent des œuvres, reliques improbables et objets hybrides, liés aux désastres naturels, sociaux ou politiques issus du changement climatique global. Le visiteur se retrouve confronté à la vulnérabilité d'un monde en mutation.

Pensée comme une métaphore des bouleversements actuels ou imminents, comme un potentiel et un danger, la fonte du permafrost sert de point d'ancrage à l'exposition.

Permafrost explore plus particulièrement comment les systèmes actuels (écosystèmes, capitalo-systèmes et systèmes symboliques) évoluent et se transforment dans un mouvement permanent et incontrôlable de morphogenèse. Les oeuvres participent à la création du présent comme de l'avenir, produisent la réalité comme la science-fiction, et posent la question : quels symboles, formes et mythologies peuvent encore apparaître quand les systèmes connus s'effondrent, les paysages se délitent, les cycles se dérangent ?

Les artistes dans Permafrost s'emparent de différents régimes esthétiques, formels et narratifs, ils/elles brouillent les frontières entre passés lointains et futurs proches, ères géologiques et chaînes de production, cherchant à élaborer des systèmes esthétiques répondant aux enjeux de notre temps, des formes de résistance.

Pensée en résonance avec la 16ème Biennale d'Istanbul, Le Septième Continent, dont le curator était Nicolas Bourriaud, Permafrost rassemble des installations, sculptures, vidéos et dessins, dont une en grande partie a été co-produites par MO.CO. Panacée et la Biennale d'Istanbul. Un riche programme de rencontres et de symposiums accompagne l'exposition.

Artistes de l'exposition
Deniz Aktaş, Ozan Atalan, Nina Beier, Dora Budor, Rochelle Goldberg, Eloise Hawser, Max Hooper Schneider, Nicolás Lamas, Pakui Hardware, Michael E. Smith, Laure Vigna.


Partager sur :
LinkedIn Viadeo Twitter Facebook Email

Actualités

Voir toutes les actualités

webcam montpellier

webtv montpellier

CARTES MONTPELLIER

plateforme E-services

montpellier au qotidien - signaler un désagrément

Mairie de Montpellier

1, place Georges Frêche
34267 MONTPELLIER cedex 2

Tramway 1 et 3 arrêt Moularès Hôtel de ville
Tramway 4 arrêt Georges Frêche - Hôtel de Ville
Coord. GPS : 43°35'52"N, 3°52'39"E

04 67 34 70 00

En raison de la crise sanitaire, l'horaire d'ouverture de l'Hôtel de Ville est le suivant :
Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30

Horaires spécifiques des services accueillant du public