Pavillon Populaire

Le Pavillon Populaire est un espace d'art photographique ouvert gratuitement au public. Il affiche une programmation de haut niveau, en présentant les œuvres d’artistes de notoriété nationale et internationale. Trois expositions en moyenne s'y déroulent chaque année.

Présentation

Vue d'expositionVoir l'image en grand Vue d'exposition © NFLe Pavillon Populaire est un équipement professionnel d'exposition, géré en régie directe par la Direction de la Culture et du Patrimoine de la Ville de Montpellier et ouvert gratuitement au grand public. Il affiche une programmation de haut niveau, en présentant les oeuvres d’artistes de notoriété nationale et internationale.


Avec une moyenne de trois expositions par an, le Pavillon Populaire a réussi à fidéliser un public nombreux, créant une forte attente.


De nouvelles perspectives de programmation ont été établies en 2010, sous la direction artistique de Gilles Mora, en charge du pilotage d’un programme d’expositions, avec pour principe l’invitation de commissaires et d’artistes internationaux autour de thématiques établies. Trois expositions majeures sont définies autour des thèmes choisis, portant sur environ 10 mois d’expositions. Une plage d’environ 1 mois par an est proposée aux acteurs locaux de la scène photographique, comme par exemple «Les Boutographies – Rencontres européennes de la photographie de Montpellier».

Pratique

Coordonnées Voir l'image en grand Agrandir le plan

Esplanade Charles de Gaulle — 34000 Montpellier

T +33 (0)4 67 66 13 46

Horaires d'ouverture

Du mardi au dimanche (sauf 25 décembre, 1er janvier et 1er mai)

Hiver : 10h - 13h et de 14h - 18h / Eté : 11h - 13h et 14h - 19h

 

Visites guidées hebdomadaires

Le vendredi 16h

Le samedi 11h, 14h30 et 16h

 

Visites guidées en groupe

Réservations obligatoires par mail : visites@ville-montpellier.fr ou par tél. : 04 67 66 88 91

 

Entrée libre et gratuite pour tous les publics / Accessibilité aux personnes handicapées

Jakob Tuggener. Fabrik : une épopée industrielle 1933-1953

Voir l'image en grand1er juillet - 18 octobre 2015

 

Né à Zurich en 1904, Jakob Tuggener était à la fois photographe, cinéaste et peintre. Mais avant tout, il se sentait artiste. Sa fructueuse carrière s’est déroulée du début des années 1930 au milieu des années 1970. Principalement influencé par le cinéma expressionniste allemand des années vingt, il a développé un style poétique qui, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, est devenu un modèle pour nombre de jeunes photographes se réclamant de la photographie subjective. Les thèmes principaux de son oeuvre sont à la vie à la campagne, les évènements festifs comme les éblouissants bals du nouvel an, ainsi que le travail à l’usine, qui l’occupe de manière intensive dès ses débuts jusque dans les années 1950.


Le prestige considérable dont Tuggener a joui jusqu’à présent est avant tout lié à son livre Fabrik (Usine) qu’il est parvenu à publier en 1943. Conçu en étroite relation avec son travail chez MFO (Ateliers de construction mécanique Oerlikon), ce livre est devenu un essai photographique unique en son genre sur la relation de l’homme et de la machine. A première vue, le livre paraît être une célébration sans réserve du travail et de l’ouvrier. Mais en réalité, les soixante-douze photographies, sans texte, rangées les unes à côté des autres à la façon d’un film muet, révèlent une vision pleine de scepticisme vis-à-vis d’un progrès technique non maîtrisé et de son potentiel destructeur. Malgré le rejet par la critique durant la guerre et l’échec commercial de Fabrik, ce livre de Tuggener est aujourd’hui considéré comme une étape importante dans l’histoire internationale du livre photographique.


L’exposition du Pavillon Populaire montrera de nombreux tirages originaux des photographies issues de ce livre. Des publications de cette époque apporteront un éclairage sur le contexte historique dans les domaines de la photographie et de la technique. En outre, d’autres photographies de Tuggener seront présentées, traitant des nombreuses facettes du thème de l’homme et de la machine et qui furent rassemblées dans deux maquettes de livre originales, comme Schwarzes Eisen [Métal noir] 1935-50 ou Die Maschinenzeit [Le temps de la machine] 1942-51. Il s’agit de projets de livres que Tuggener n’est jamais parvenu à publier de son vivant. Parmi ces images, certaines seront exposées pour la toute première fois. Ce vaste ensemble offre une perspective unique sur l’univers industriel des années 1930 aux années 1950. L’oeuvre de ce photographe suisse d’envergure est restée peu connue jusqu’ici. Pourtant, la cohérence de son expression personnelle ne peut être comparée qu’à celle du grand photographe américano-suisse Robert Frank.


Jakob Tuggener était un poète de l’image – le « Poète photographe Ier », comme il se surnommait lui-même, un observateur au regard aiguisé, particulièrement sensible à l’anodin, aux menus détails et à la poésie du féminin – même dans un domaine comme l’usine. Lorsqu’il photographiait, peignait ou filmait, il ne le faisait pas dans le but de reproduire la réalité mais de l’exprimer à sa manière, ou plutôt, de faire vire au public une nouvelle réalité, transformée par sa propre vision subjective.


Commissariat : Martin Gasser, Conservateur, Fotostiftung Schweiz


L'exposition "Jakob Tuggener. Fabrik : une épopée industrielle 1933-1953" pourra se visiter en famille du 14 juillet au 31 août, les mercredis et dimanches :

▪ À 11h pour les enfants de 2 à 5 ans

▪ À 16h pour les enfants de 6 à 9 ans

Visites gratuites

Réservation conseillée par mail : visites@ville-montpellier.fr ou téléphone : 04 67 66 88 91

La vie en Kodak - Colorama publicitaires de 1950 à 1970

 

Voir l'image en grand

25 mars - 17 mai 2015

 

Entre les années 1950 et 1990, la firme américaine Kodak produit ses Colorama, images panoramiques en couleurs mises en scène, aux dimensions monumentales (18 mètres de long). Portés par l’idée du spectacle de masse comme stratégie publicitaire, destinés à être exposés dans le hall de la gare de Grand Central, à New York, promouvant le matériel de prise de vue Kodak, les Colorama dépassent, par leur esthétique et leur ambition, le simple constat publicitaire et la prouesse technologique. Ils figurent, par les mythologies qu’ils mettent en scène, l’expression la plus évidente du rêve américain d’après-guerre, «en établissant de façon incitatrice le catalogue limpide d’attitudes éthiques soigneusement codées » (Gilles Mora). Véritable sociologie en couleurs militante, variant au gré des décennies et de leurs modes, les Colorama, parfois réalisés par de grands maîtres de la photographie, Eliot Porter ou Ansel Adams, expriment un imaginaire national collectif dont le seul équivalent est, sans doute, à trouver dans l’œuvre du dessinateur Norman Rockwell.

 

L’exposition que présente le Pavillon Populaire de Montpellier (80 tirages sur 565 produits par Kodak), réalisée à partir d’Ektachrome d’époque recueillis par le Musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur- Saône, offre au spectateur, pour la première fois en France, l’occasion de saisir l’expérience visuelle directe de ce qu’il convient de nommer « La vie en Kodak », entre stratégie publicitaire et impératif idéologique, kitsch et nostalgie.

 

Commissariat : Gilles Mora, Directeur artistique du Pavillon Populaire et François Cheval, Directeur du musée Nicéphore Niépce, Chalon-sur-Saône

Aaron Siskind - Une autre réalité photographique


Voir l'image en grand28 novembre 2014 - 22 février 2015

 

Figure majeure de la photographie américaine, mais trop souvent contournée, Aaron Siskind (1903-1991) voit l’importance de son œuvre se déployer enfin dans une exposition monographique exhaustive, la première depuis plus de 30 ans, constituée de près de 250 tirages originaux, conçue et organisée par le Pavillon Populaire, en collaboration avec les archives Siskind (Center for Creative Photography, Tucson) et la Aaron Siskind Foundation de New York.

 

Commencée à New York dans les années 1930 sous le signe d’un réalisme documentaire rigoureux, jamais délaissée, au sein de la prestigieuse Photo League, elle revêt, à partir de 1943, un formalisme exigeant, aux limites de l’abstraction, sous l’influence des peintres de l’expressionnisme abstrait (Wilhem De Kooning, Franz Kline...), avec qui Siskind partage les mêmes engagements esthétiques. Cette exposition  reconstitue pour la première fois, et dans sa chronologie, le parcours cohérent du photographe-enseignant, attiré tout autant par la photographie vernaculaire architecturale (exemplifiée tout au long de son enseignement à l’Institute of Design de Chicago, fondé par Laszlo Moholy Nagy) que par un expressionnisme sensuel nouveau, où la métaphore et les tensions formelles occupent une place essentielle au sein d’une dramaturgie de l’objet photographié désormais tenu à une place nouvelle, celle de la surface plane du tirage photographique. Beaucoup d’œuvres inédites sont ici présentées.

 

Ce réalisme symbolique, cette poétique puissante, ont engagé Siskind vers l’expérimentation de voies visuelles inexplorées. Il y apparaît comme un photographe à part entière, au-delà de tout pictorialisme, passionné par la confrontation d’univers culturels ou esthétiques multiples. Son relevé de signes, de configurations graphiques inattendues et complexes, sa passion pour l’anthropologie urbaine et pour les forces universelles de l’inconscient ouvrent, dans les années cruciales de la photographie américaine, entre 1950 et 1980, et pour beaucoup de jeunes artistes, une alternative nouvelle à la street photography alors dominante.

 

Commissariat : Gilles Mora, Directeur artistique du Pavillon Populaire

Expositions précédentes

Partager sur :
LinkedIn Viadeo Twitter Facebook Email

Actualités

Voir toutes les actualités

webcam montpellier

webtv montpellier

CARTES MONTPELLIER

Mairie de Montpellier

1, place Georges Frêche
34267 MONTPELLIER cedex 2

Tramway 1 et 3 arrêt Moularès Hôtel de ville
Tramway 4 arrêt Georges Frêche - Hôtel de Ville
Coord. GPS : 43°35'52"N, 3°52'39"E

04 67 34 70 00

Horaires d'ouverture de l'Hôtel de Ville :
Les lundi, mardi, mercredi, vendredi de 8h30 à 17h30
Le jeudi de 10h à 19h