2017 à l'Espace Dominique Bagouet

L'année 2017 a été riche en découvertes. L'Espace Dominique Bagouet a tout d'abord dévoilé les créations du Docteur Auzoux, puis les peintures des artistes montpelliérains du 19e siècle et enfin les œuvres non-figuratives de Jordi.

JORDI

 

Voir l'image en grandEcce Terra

 

20 septembre - 3 décembre 2017


JORDI, père d’un motif
Deux lignes droites et deux lignes courbes identiques deux à deux. JORDI travaille une forme stylisée qu’il a dessinée il y a plus de 25 ans et qui est devenue au fil du temps sa signature. Cette dernière relève d’un long processus de création, un cheminement propre à l’artiste. « Je voulais une forme non-figurative pour mieux lui donner la parole », explique l’artiste.
En 2D ou 3D, sur du papier, en sculpture ou installation, en photographie ou vidéo, JORDI décline sa forme sur différents médiums.

Ecce Terra, la terre méditerranéenne avant tout
Si le motif s’impose, les éléments naturels sont également des fils conducteurs récurrents dans les travaux de recherches plastiques de JORDI. Pour donner vie à ses créations, il n’hésite pas à aller puiser dans ce que lui offre la terre en prélevant directement ses matériaux dans le sol méditerranéen.
L’exposition « Ecce Terra » fera dialoguer peinture et sculpture, autour de la thématique environnementale. En terre crue, en bois, à base de végétaux ou encore de minéraux, c’est une cinquantaine d’œuvres récentes et anciennes qui sera présentée au public. Deux grandes toiles, réalisées pour l’exposition seront notamment dévoilées à cette occasion.

Le 19e siècle, un âge d'or de la peinture montpelliéraine

 

Voir l'image en grand8 juin - 3 septembre 2017


L’Espace Dominique Bagouet propose, à travers cette exposition, de découvrir cet été la peinture Montpelliéraine du 19e siècle, période parmi les plus fastes.
Le public est invité à faire un bond dans le passé grâce aux toiles d’artistes Montpelliérains : Eugène Castelnau, Charles Node, Jules Laurens, Max Leenhardt, Charles Matet, Auguste Glaize, Edouard Marsal, Jean-Pierre Monseret, Ernest Michel, François-Xavier Fabre, Alexandre et son fils Pierre Cabanel, Frédéric Bazille, Frédéric Peysson, Pierre Bimar, Numa Larche, Jean-Jacques Bestieu.

Des oeuvres éclectiques qui balaient le siècle
Des portraits, des paysages, des scènes de genre, l’exposition «Le 19e siècle, un âge d’or de la peinture Montpelliéraine» se veut fidèle aux commandes des amateurs d’art et au travail des artistes de l’époque. Les 27 oeuvres empruntées à différents prêteurs tels que le musée Fabre, les églises ou encore des collectionneurs privés, reflètent la diversité du paysage artistique du 19e et son évolution à travers le siècle.
Les visiteurs auront sans nul doute le sentiment de se retrouver au coeur d’un salon du 19e siècle grâce à un accrochage très serré, issu des canons artistiques de l’époque.

Commissariat : Numa Hambursin

Prodiges de la nature, les créations du docteur Auzoux (1797-1880)

 

Colle Voir l'image en grandctions de l'Université de Montpellier

 

1er février - 9 avril 2017


Médecin français du 19e siècle, Louis Auzoux (1797-1880), met en place dans les années 1820, une technique de production de modèles anatomiques en papier mâché qui révolutionne l’enseignement de l’anatomie et des sciences naturelles. La fabrication d’abord artisanale de ces objets d’études, prend rapidement une dimension industrielle. Ils sont exportés dans le monde entier jusqu’au début des années 2000. Les enseignants et étudiants s’appuient sur ces sculptures en papier mâché, en parallèle des dissections de corps humains, d’animaux ou de plantes qu’ils effectuent. L’assemblage des différentes pièces, véritable puzzle en 3D, donne, en effet, une connaissance bien supérieure à la représentation mentale qu’apporte l’image plane.

Les créations du docteur Auzoux : des sciences à l’art
« Nous sommes face à des objets qui nous interrogent sur ce qu’est l’art et ce qu’est la science ; des domaines très différents aujourd’hui mais autrefois réellement imbriqués »
, expliquent Françoise Olivier et Numa Hambursin, commissaires de l’exposition.
L’exposition qui sera présentée à l’Espace Dominique Bagouet, mettra en lumière une centaine de sculptures extraites des collections de l’Université de Montpellier ; un ensemble d’œuvres très important, représentatif de la variété des domaines dans lesquels le docteur Auzoux a travaillé.
L’exposition s’articulera en deux parties : l’une consacrée à l’Homme, l’autre au règne animal et aux végétaux. Des chefs d’œuvre tels que « L’Écorché » seront mis en lien avec des pièces moins connues comme des pieds humains, des mâchoires de chevaux ou des champignons (seules pièces en plâtre).

Commissariat principal : Françoise Olivier, chef de service de la valorisation du patrimoine historique à l’Université de Montpellier
Commissaire associé : Numa Hambursin


Partager sur :
LinkedIn Viadeo Twitter Facebook Email

Actualités

Voir toutes les actualités

webcam montpellier

webtv montpellier

CARTES MONTPELLIER

plateforme E-services

montpellier au qotidien - signaler un désagrément

Mairie de Montpellier

1, place Georges Frêche
34267 MONTPELLIER cedex 2

Tramway 1 et 3 arrêt Moularès Hôtel de ville
Tramway 4 arrêt Georges Frêche - Hôtel de Ville
Coord. GPS : 43°35'52"N, 3°52'39"E

04 67 34 70 00

Horaires d'ouverture de l'Hôtel de Ville :
Les lundi, mardi, mercredi, vendredi de 8h30 à 17h30
Le jeudi de 10h à 19h

Horaires spécifiques des services accueillant du public