Espace Saint-Ravy

L’Espace Saint-Ravy est une salle d’exposition municipale orientée vers la création émergente du territoire et ouverte gratuitement au public.

Présentation

Voir l'image en grand Espace Saint-Ravy © Jérôme BryonDans un souci permanent de promouvoir l’art dans la ville et de favoriser l’accès à la culture au plus grand nombre, la Ville de Montpellier met à disposition l’Espace Saint-Ravy, salle d’exposition dédiée aux plasticiens développant leur expression artistique sur le territoire montpelliérain.

L’Espace Saint-Ravy est situé dans l’Écusson, en plein cœur de la vieille ville et des circuits touristiques.

 

Pratique

Coordonnées Voir l'image en grand Agrandir le plan

Place Saint-Ravy — 34000 Montpellier
T +33 (0)4 67 66 39 40

Horaires d'ouverture

Du mardi au dimanche / 13h - 19h, en période d'exposition

Entrée libre et gratuite pour tous les publics / Accessibilité aux personnes handicapées

Radiographie de la nuit

Voir l'image en grandSandrine Ygrié

 

14 octobre - 5 novembre 2017

 

Vernissage le vendredi 13 octobre 2017

 

Radiographie, dissection de l’univers, de l’océan ou encore du corps, l’artiste Sandrine Ygrié croise les mondes. De l'invisible vers le visible, du microcosme au macrocosme. Ses créations sont issues d’une observation minutieuse des éléments naturels. Elle met en lumière les mondes invisibles à l’œil nu.

« Ce travail  commençait  sur la toile a évolué  sur des radiographies naturellement. Le  titre de cette série m'inspirant ce nouveau  support. La radiographie comme révélateur des mondes cachés. Le mot est devenu objet. Le choix des radiographies aux sels d'argent illustre aussi  l'impermanence de notre monde. », explique l’artiste.

L’exposition « Radiographie de la nuit », présentée à l’Espace Saint-Ravy, montrera des œuvres réalisées à l’encre ou à la bombe aérosol.

Build & Smash

Voir l'image en grandMarie Havel

 

14 septembre - 8 octobre 2017

 

Construit et déconstruit, découverte et recouvrement, jeu et ruine, tels sont les terrains d’exploration artistique de Marie Havel.

Sensible à la tragédie de l'histoire contemporaine, elle met en scène les vestiges architecturaux ou naturels et la mémoire de mondes disparus. « Pour moi la ruine suggère davantage un prolongement, une renaissance qu'une chute. Il s’agit d’excaver, d’enfouir et inversement, de jouer sur des modulations infinies dans un univers défini. » explique l’artiste. Les loisirs liés à l'enfance, comme les jeux de rôles ou de plateaux, les jeux de constructions ou les jeux vidéo occupent une place essentielle dans la réflexion de cette jeune artiste.

Ses intérêts très forts pour les notions de paysage et de jeu feront ainsi l’objet de l'exposition «  Build & Smash » à l’Espace Saint-Ravy, au travers de pièces s'appuyant sur des médiums variés à l’instar de maquettes, d’installations ou encore de photographies. La majorité des œuvres sera axée sur la question du dessin, centrale dans le travail de Marie Havel.

HIT ! ME

 

Voir l'image en grandMatthieu Carron et Olaf Czeschner


29 juillet - 20 août 2017


C’est un ensemble d’installations graphiques, sonores et interactives, créées par Matthieu Carron et Olaf Czeschner qu’il sera possible de découvrir au mois d’août à l’Espace Saint-Ravy, sous le titre de « Hit ! Me ».  

Les deux artistes, passionnés par la communication digitale depuis une quinzaine d’années, se sont donnés pour objectifs de créer des corrélations innovantes à différents niveaux : le public lui-même, l’œuvre et le public ainsi que l’œuvre et l’artiste. « Notre volonté est de confronter nos œuvres au public, de les faire découvrir et partager. Nos œuvres ne peuvent pas vivre sans interaction humaine. »

Après plusieurs expérimentations autour du pendule de Newton et l’étude de divers objets en relation avec le temps, les thèmes du temps qui passe et du mouvement se sont imposés. « Le temps est neutre, incorruptible et précieux d’autant qu’il est limité », expliquent les artistes.

Concrètement, l’exposition s’articulera autour de deux grandes installations, placées dans chacune des deux  salles principales de l’Espace Saint-Ravy. L’une d’elle reprendra la forme et la thématique du pendule, avec une sphère accrochée au plafond. L’autre interpellera le visiteur de manière sonore et lumineuse sous la forme d’un « totem » coupé en deux et posé à même le sol.

L'Éternelle Ironie

 

Voir l'image en grandKaren Meersohn


1er - 23 juillet 2017

 

La différence entre les femmes et les hommes, c’est autour de ce sujet que Karen Meersohn base sa démarche artistique. Elle s’intéresse notamment à la façon dont les sociétés hiérarchisent les genres. Son expérience personnelle, son quotidien ou ses souvenirs d’enfance, sont la source de son inspiration. « Ma mère, mes filles, mes grossesses, le ménage, la liste de courses, tout ce qui appartient « au féminin » m’intéresse de par sa charge symbolique et sa force évocatrice », explique-t-elle.

Fer à repasser, produits ménager ou encore utérus et sexe masculin en cage…à l’Espace Saint-Ravy, l’artiste, diplômée d’un master en céramique contemporaine anglais, présente des œuvres en céramique, où le corps et le domestique occupent une place centrale. Plus récentes et expérimentales dans son travail plastique, les œuvres en papier brodé en forme de mots, de phrases, où le langage et le fil s’entremêlent, occuperont un espace privilégié.

L’exposition « L’éternelle ironie » dont on doit l’expression au philosophe allemand Hegel, a comme objectif « d’exposer ensemble des œuvres qui partagent le fait d’incarner une certaine défiance vis à vis  de l’ordre des choses quant au féminin / masculin ».

Bad Curatoring 2


Voir l'image en grandCollectifs Linge Records


3 - 25 juin 2017


Créé en 2010, le collectif Linge Records composé d’une quinzaine de membres est générateur de projets allant des arts plastiques à la vidéo, en passant par l’électro ou la pop…Un unique mot d’ordre : l’expérimentation.

À l’Espace Saint-Ravy, Lucien, Grégoire, Samuel et leurs acolytes proposent un nouveau volet à leur projet inédit « Bad Curatoring ». Associant esthétique et humour, « Bad Curatoring » questionne le rapport de l’artiste et du public à l’espace d’exposition et aux codes de monstration d’une œuvre d’art.

Le contexte et le lieu d’exposition déterminent l’orientation et les choix esthétiques qui sont opérés. « Avec Art’Achide, on va inviter d’autres artistes pour démonter les codes d’affichage et d’accrochage. Et le nom de cette expo est en rapport avec les arachides, donc les cacahuètes que l’ont retrouve dans les vernissages d’art. Le sujet c’est la cacahuète et le buffet.”, explique Samuel.

De nombreuses surprises, parfois drôles ou déroutantes attendent, durant 3 semaines, le public de l’Espace Saint-Ravy.

THE DREAM IS OVER

 

Voir l'image en grandCollectif artplusplus

 

6 - 28 mai 2017

 

« THE DREAM IS OVER vous dévoile, comme dans un recueil de nouvelles photographiques et poétiques, un univers dans lequel les artistes s’expriment et imaginent leur monde, réel ou irréel, vrai ou faux peu importe…», collectif artplusplus.

« THE DREAM IS OVER », est un concept artistique de l’Association montpelliéraine artplusplus. Il s’agit d’une exposition collective photographique, d’installations et de performances visuelles et multimédia, qui se déroulera à l’Espace Saint-Ravy, en parallèle aux Boutographies au Pavillon Populaire mettant en avant la création européenne.

Plusieurs évènements vont jalonner les 3 semaines d’exposition : des lectures de portfolios, des tables rondes ainsi que des rencontres… et quelques surprises à suivre sur la page Facebook « THE DREAM IS OVER ! »

Artistes :
Marie ANDREASZ - agnès L - Miguel AGUILAR - Heriman AVY - Michel LE BELHOMME - Enzo COMIN - Mathieu DUCROS -  Andréa GRAZIOSI - Olivier METZGER - Richard PETIT- Lilie PINOT - Filip DE SMET - Hiro TANAKA

21e Parcours d'Ateliers d'Artistes


Voir l'image en grand21 au 23 avril 2017


Photographie, sculpture, peinture, collage, calligraphie, dessin, design… C’est une véritable randonnée artistique en plein cœur de ville que propose une fois de plus l’Association « Les Briscarts » aux habitants de Montpellier et de sa Métropole.

Les 51 artistes montpelliérains participant au 21e Parcours d'Ateliers d'Artistes, présenteront une œuvre sur le thème du carré, à l'Espace Saint-Ravy du 20 au 23 avril, pour donner un aperçu de leurs travaux. Ils ouvriront en parallèle leurs ateliers au public les vendredi 21, samedi 22 et dimanche 23 avril 2017. L’occasion pour les visiteurs, de plus en plus nombreux au fil des éditions, d'échanger, in situ, sur leurs sujets d'inspiration, leur technique, leur évolution, leur parcours. Et pourquoi ne pas, franchir le pas et acquérir une œuvre!

Liste des 51 artistes :
ADRA Camille, AICHELMANN, AKDOGAN Carole, BASSEDE Francine, BASSETTO Francine, BEUCHER Véronique, BOCAJ, BOJIDARKA, BOUBLI Carole, BOUCHACOURT Marc, CAJOU Linette, CAZILHAC Gisèle, CHATALIN Eric, CHRISTIN Sabine, CIURANA Denise, CLAUDHIA G. Claudhia, COUCHINHO Marie, COUGOULE Christine, DE BLANCHARD Jean, DEBIT DE BEAU, EVE-MARIE, FARABI Sadik, FIORILE, FOURCADIER Jacques, GIRARD Elisabeth, GUIDEE Virginie, HAAS Isabelle, HIL Jean, JEAN-JOSEPH Anne, KIRSCH Catherine, KLOD, LABARGE Arnaud, LE GALL Nathalie, LEGER Jérôme, LHOMMET Véro, MIMA, NUNCIE Sophie, OZZOS, PLUMELLE Marie Agnès, POULAIN Eric, SALVAING Aurélie, SEGUIN Chloë, SEIGNEURET Sylvie, SHANSHAN, STEFANI Erica, TALATA Taos, THOMAS Karen, TOQUEBIOL Jean-Claude, VIARD Noëlle, VINCENT, YGRIE Sandrine.

Persistances


Voir l'image en grandLeslie Verdet


25 mars - 16 avril 2017

 

« Persistances évoque le « passage », cet étonnement de l’instant : voir, rencontrer, laisser derrière nous, comme sur une route le paysage défile, ce que nous ne verrons plus jamais, une interrogation lancinante de la présence et de la disparition. », explique Leslie Verdet concernant son exposition à l’Espace Saint-Ravy.

Des visages, des paysages urbanisés ou naturels, des détails : instants de vie saisis comme dans un journal de bord à Venise, Arles, Paris ou encore Edimbourg. Les photographies de Leslie Verdet, exclusivement en noir et blanc, qui seront exposées à l’Espace Saint-Ravy fonctionnent toutes par séries. « Une image ne va pas sans se couler dans celle qui la suit et la précède. »

Un univers onirique fait de détails, de « persistances », à découvrir jusqu’au dimanche 16 avril 2017.

Echoforme

 

Voir l'image en grandCollectif In Extremis


25 février - 19 mars 2017


Le Collectif In Extremis est composé de onze jeunes artistes issus de l’école des Beaux-Arts de Montpellier et de Paris : Nicolas Aguirre, Geoffrey Badel, Ekiem Barbier, Emile Copello, Marine Grabiel, Quentin L’helgoual’ch, Marion Lisch, Félix Mazard, Eva Mulleras, Pierre Peres et Chloé Viton.

Ils ont créé ce collectif en janvier 2016 en ayant pour objectif de rassembler leurs recherches et leurs travaux afin de croiser leurs parcours et leur pratique individuelle. Ayant déjà travaillé ensemble auparavant dans des projets artistiques de leurs études, et plus récemment avec From A to B – leur première exposition officielle à l’alliance française de Quito, en Equateur – ils renouvellent l’expérience avec l’exposition Echoforme, considérée comme une sorte « d’écho » émis par la précédente.

Echoforme sera l’aboutissement de deux semaines de conception et de création en résidence à l’école des Beaux-Arts de Montpellier. Ce second chapitre est pensé sur l’idée de réactiver des souvenirs, des bribes, des images mentales ou palpables, réelles ou fantasmées, restées ou oubliées en Equateur. Cette exposition collective se présente comme la digestion de l’expérience From A to B : se remémorer d’un temps passé pour le réanimer ensemble dans un autre espace sous toutes ses formes.

Le collectif se définie comme « une cellule protéiforme dispersée qui se regroupe selon le temps et l’urgence de situations particulières. Elle vient habiter des espaces comme des prétextes pour y aménager une zone de création. In Extremis essaye de tisser son propre sens et de laisser aller, libre, en récoltant les fruits de ses agitations, de ses faits et gestes passés et futurs pour se comprendre ensemble en train de fabriquer.»

Die & Retry

 

Voir l'image en grandJean-Charles Michelet-Gambelli

 

28 janvier - 19 février 2017

 

Jean-Charles Michelet-Gambelli fait évoluer son art dans l’univers du jeu vidéo. Le terme « Die & Retry », titre de son exposition, est un terme de « game design » qui désigne un jeu à la difficulté très élevée nécessitant de devoir échouer pour progresser.
« Les nouvelles mythologies contemporaines sont la clef de voute de ma démarche artistique, fondée sur l'appropriation de canons historiques confrontés à une dé-contextualisation de cultures populaires et underground. »

Sa pratique fait écho à des techniques, des écoles, des formes artistiques allant de l’Antiquité à nos jours. Ses inspirations proviennent de divers univers : des jeux vidéo, en passant par l’art traditionnel japonais, le tatouage ou encore le détournement de légendes urbaines. Les supports qu’il habille sont protéiformes.

Pour sa première exposition monographique, Jean-Charles Michelet-Gambelli exposera plusieurs pièces majeures de sa production ainsi que des œuvres créées pour les voutes séculaires de l’Espace Saint-Ravy.

Un Jour Les Indiens Reviendront

 

Voir l'image en grandDjémila Djoudi


7 - 22 janvier 2017

Des coiffes d’Indiens à plumes, des masques d’animaux imaginaires, des tepees en bois… et toujours la couleur. Des couleurs vives  qui rendent féérique l’univers artistique de Djémila Djoudi. Ses œuvres sont imprégnées de ses formations littéraires, artistiques, de ses recherches mais surtout de ses souvenirs d'enfance.

L’artiste travaille toujours par série de tableaux qu’elle assemble jusqu’à créer de grandes fresques puisées dans le Pop-Art et la Figuration libre. Djémila Djoudi se frotte à différentes techniques : l’acrylique, les pastels, l'huile ou encore le fusain.

Elle présentera à l’Espace Saint-Ravy une exposition sur le thème « Un Jour Les Indiens Reviendront ». « Ce titre créé à partir d'une chanson d'adolescence autour d'un feu de camp et de guitares, nous entraine vers ces tribus libres et sauvages ; leur naïveté éclairée, leur spiritualité, leur joie pure, leur beauté, leur respect de la nature. », explique l’artiste.

Les entêtés

 

Voir l'image en grand

Christine Masduraud


3 - 25 décembre 2016

 

« Avec ses fils, elle répare, offrant clairement une parole, là où il n’y en a pas, là où il n’y en a plus, dans ce que vivre interroge.» Edith Azam

Christine Masduraud débute la broderie à l’âge de 7 ans, guidée par sa grand-mère. Elle y revient il y a cinq ans, auprès de Nicolas Jover, spécialiste de la broderie d’art.

Aujourd’hui psychanalyste et psychothérapeute, formée par ailleurs, à la kinésithérapie et à l’ostéopathie, Christine Masduraud saisit les liens étroits du corps avec le fonctionnement psychique. Sa pratique artistique se situe très exactement au croisement d'un savoir-faire ancestral et d'un intérêt profond pour le fonctionnement de l’Homme.

Ses œuvres, des têtes colorées, parfois brutes, d’autres fois délicates, sont brodées sur des supports inhabituels. « Les entêtés » à l’Espace Saint-Ravy est la deuxième exposition monographique de Christine Masduraud.

20e Parcours d'Ateliers d'Artistes

 

Voir l'image en grand

25 - 27 novembre 2016


Photographie, sculpture, peinture, collage, calligraphie, dessin, design… Depuis 10 ans, l’association « Les Briscarts » propose aux artistes de Montpellier d’ouvrir leurs ateliers au public. Une véritable randonnée artistique urbaine, bi-annuelle, au printemps et à l’automne, à laquelle de plus en plus de visiteurs s’adonnent – 2 500 en 2015.

Pour cette 20e édition, les artistes devront créer pour l’Espace Saint-Ravy, une œuvre qui les représente. Leur autoportrait donnera un aperçu de leurs travaux qui seront montrés plus largement dans leurs ateliers, ouverts au public samedi 26 et dimanche 27. L’occasion d'échanger, in situ, sur leurs sujets d'inspiration, leur technique, leur évolution, leur parcours.

Liste des 58 artistes :
AICHELMANN, AKDOGAN Carole, B.AX, BARTOLI Isabelle, BASSEDE Francine, BASSETTO Francine, BEUCHER Véronique, BOCAJ, BOUCHACOURT  Marc, BOUËT François, BRIAT Laurence, CAJOU Linette, CAZILHAC Gisèle, CHRISTIN Sabine, CIURANA Denise, CLAUDHIA G. Claudhia, COUCHINHO Marie, COUGOULE Christine, DANESCU-DUGAS A, DEBIT DE BEAU, DELPECH Claire, DELPH', DEZEUSE Vincent, DUMOGET Yann, DURAND Eric, FARABI Sadik, FIORILE, GABRIEL Thierry, GIRARD Elisabeth, HAAS Isabelle, HEINS Rosario, HIL Jean, JEAN-JOSEPH Anne, KLOD, LE GALL Nathalie, LEGER Jérôme, LOUPIAC Nyna, MAHI, MILLON Jean, MIMA, OZZOS, PESEZ Florence, PLUMELLE Marie Agnès, POULAIN  Eric, RIGAUDIN Jean-François, SALHEN William, SEB.M, SEGUIN Chloë, SEIGNEURET Sylvie, SHANSHAN, SOUBEYRAND Michel, TALATA Taos, THOMAS Karen, TOQUEBIOL Jean-Claude, VIARD Noëlle, VINCENT, YGRIE Sandrine, YI.

Trame : Motifs Colorés

 

Voir l'image en grandEsther Édouard

 

29 octobre - 20 novembre 2016

 

Diplômée de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Nîmes, Esther Édouard pratique la peinture et la sculpture. Sensible aux questions de lumière, de couleur et de formes, elle développe un langage plastique où dominent la géométrie et les jeux de proportions.

La démarche artistique d’Ester Édouard découle d’une pratique régulière de la peinture et de la sculpture. La théorie y trouve peu sa place et l’expérimentation règne en maître : « Mon travail est méticuleux, complexe et repose sur des motifs créés à partir de quadrillage. Ce sont des modèles de base que j’utilise et diversifie pour en montrer tout le potentiel. » Esther Édouard a en fait constitué un panel de formes géométriques plus ou moins complexes, le plus souvent symétriques, qui sont le point de départ de sa création. À partir de ces modèles, elle réalise une multitude de motifs. Elle en fait des modules répétitifs et elle les complexifie pour réaliser différentes expérimentations de formes et de couleurs.

Pour son exposition à l’Espace Saint-Ravy, l’artiste proposera un aperçu des évolutions récentes de son travail, essentiellement au travers d’acryliques sur toiles.

Le parler des pas perdus

 

Voir l'image en grand

Dylan Dargent-Danilet

 

1er - 23 octobre 2016

 

« La notion de déchet m’intéresse dans le sens où elle est un jugement de valeur établissant des normes et une hiérarchie.» Dylan Dargent-Danilet.

Des objets estropiés, déchirés, rejetés, abandonnés, déclassés… c’est à ceux-ci que le jeune artiste, montpelliérain d’adoption, Dylan Dargent-Danilet consacrera sont exposition « Le parler des pas perdus ». Chaises, lits, cagettes de transport, il récupère des objets du quotidien abandonnés dans l’espace public. À la manière d’un enquêteur, il constitue une archive des histoires oubliées, en mettant en scène ces objets au rebut.

« En m’intéressant au périssable, j’interroge la mémoire humaine et capte des objets avant qu’ils ne disparaissent ». À l’image d’un sociologue, Dylan Dargent-Danilet témoigne d’activités humaines et de formes d’échec qui y sont associées. Le déchet est pour l’artiste le symbole de sociétés excessives, intolérantes et égoïstes.

Monde Intérieur

 

Voir l'image en grandNubian


3 - 25 septembre 2016


« Chacune de mes œuvres est comme une facette de mon univers intérieur, que j'illustre ; à elles toutes, elles forment donc ce que j'appellerai le monde dans lequel vivent toutes mes inspirations ».

 Et le monde intérieur de Nubian est foisonnant, merveilleux. Le jeune artiste mêle subtilement les éléments concrets de la vie réelle à un imaginaire totalement absurde. Un monde fabuleux sublimé par la finesse et la précision des traits de ses créations.

 Avant d’écouter son monde intérieur et de le retranscrire sur des feuilles de papier via l’acrylique et l’encre, Nubian s’est essayé au street art. Lassé de créer dans la précipitation des œuvres éphémères, le jeune artiste s’oriente désormais vers une carrière de peintre et dessinateur.

Expositions précédentes

Partager sur :
LinkedIn Viadeo Twitter Facebook Email

Actualités

Voir toutes les actualités

webcam montpellier

webtv montpellier

CARTES MONTPELLIER

plateforme E-services

montpellier au qotidien - signaler un désagrément

Mairie de Montpellier

1, place Georges Frêche
34267 MONTPELLIER cedex 2

Tramway 1 et 3 arrêt Moularès Hôtel de ville
Tramway 4 arrêt Georges Frêche - Hôtel de Ville
Coord. GPS : 43°35'52"N, 3°52'39"E

04 67 34 70 00

Horaires d'ouverture de l'Hôtel de Ville :
Les lundi, mardi, mercredi, vendredi de 8h30 à 17h30
Le jeudi de 10h à 19h

Horaires spécifiques des services accueillant du public